AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 
Rôti de Renard [Max.3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

DEBUTANT

Perso
Description: Burlock est l'archétype même du nain, il est grincheux, rancunier, grossier et adore faire la fête. Depuis la mort de son fils dans une embuscade tendue par des elfes il a développé une haine féroce envers ces êtres sylvestres. Le nain arpentent désormais le monde engoncé dans son épaisse armure et armé de sa hache. Si vous parvenez à gagner sa sympathie alors peut être mettra t'il sa hache et son courage à votre service mais attention à vos réserves de bières !
Messages : 9
Date d'inscription : 27/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Sam 29 Déc - 17:53
Burlock observa la voûte céleste qui se dressait majestueuse et lumineuse au dessus de son modeste campement. Pouvait-on simplement appeler ça un campement ? Un duvet roulé en boule et posé au sol, un faible feu bravant courageusement la nuit et un casque jeté négligemment au sol dans un geste de lassitude. Oui, on pouvait dire que Gurnisson était un nain qui voyageait léger et c'était compréhensible étant donné les grandes distances qu'il parcourait chaque jour, infatigable marcheur. Le nain avait décidé d'établir son campement sur le pont du passage d'Argold, au moins si quelqu'un se décidait à l'attaquer il le verrait arriver de loin et il pouvait profiter de la vue magnifique qui se profilait en contrebas ainsi qu'à l'horizon. En vérité l'endroit n'était pas si mal pour camper et la seule et unique chose qu'il manquait à Burlock pour passer une bonne nuit c'était un bon repas ainsi qu'une bonne bière pour l'accompagner. Le voyageur étouffa un juron, pour avoir de la bière dans cette endroit reculé et coupé de toute civilisation il pouvait toujours se gratter, il se trouvait à la frontière entre Albera et Nedora et la ville la plus proche était à des kilomètres de distances. De toute façon il avait suffisamment marcher ces derniers jours pour mériter un peu de repos.

Burlock attrapa Urkgrengi de ses deux mains et observa un moment la hache qu'il possédait depuis des dizaines d'années, depuis son enfance même. Urkgrengi la tueuse d'orc, la hache massacreuse de peau verte qui brûle les chaires de ces abominations. C'était un héritage familiale qui plus d'une foi avait sauvé les Gurnisson. Une arme parfaite, équilibrée, meurtrière, seul des nains étaient capables de produire de tels ouvrages. Le guerrier avait entrepris un voyage vers les terres du nord afin de se rendre à la forge des grottes de cristal et pour pouvoir renforcer sa hache. Le voyage en valait la chandelle puisqu'à l'intérieur de ses grottes il avait pu renforcer cet outil de mort et le rendre plus résistant. Burlock se releva péniblement et effectua quelques passe d'arme fouettant l'air de sa hache comme si il s'était agit d'un simple fétu de paille. Le métal meurtrier produisait un sifflement comme si il cherchait à mordre l'air, comme si il cherchait à faire des victimes.


-Bientôt mon amie.

Burlock reposa sa hache au sol et caressa la pierre qui composait le pont, elle était glacée mais ce n'était guère étonnant, il était au frontière d'Albera le continent glacé et la nuit les températures étaient polaires. Malgré le froid Burlock savait reconnaître une bonne pierre lorsqu'il en croisait, cet ouvrage était d'une qualité exceptionnelle, il aurait pu être forgé par les nains tant il semblait être résistant et puissamment bâti. Gurnisson ne savait pas ce qui avait provoqué sa partielle destruction et il n'avait rien trouvé en rapport dans les livres qu'il lisait cependant il soupçonnait un être extraordinaire d'en avoir été l'auteur, un géant peut être ou un dragon. Les géant... On disait ces créatures de retour, était ce un mythe ? Une réalité ? Une chose était sûr c'est que Burlock se passerait bien d'en rencontre, une créature dont les orteils étaient plus gros qu'un nain ça n'avait rien de naturelle ! C'était magique et le guerrier préférait se tenir éloigné de tout ce qui était magique.

Le ventre de Burlock grogna la tirant de ses pensées, il n'avait rien mangé depuis la mâtiné et un nain se devait d'entretenir sa carrure malheureusement il n'avait rien trouvé sur la route qui puisse le sustenter. Il n'y avait réellement rien d'étonnant à cela puisque les terres qu'il avait traversé étaient enneigés et que la plupart du gibier devait se terrer dans son trou. Le voyageur attrapa sa gourde et but une longue gorgé... D'eau dans une grimace atroce, plus jamais il ne partirait en voyage sans une bonne réserve de bière ! Ou alors il se rationnerait car à l'évidence terminer ses réserves en une journée n'était pas une bonne solution et mieux valait boire peu de bière que de boire de l'eau... Boire l'eau même la pisse que les hommes servaient en tant que bière était meilleurs ! Gurnisson grimaça, si il croisait un marchand de bière sur sa route il ne manquerait pas de dévaluer tout son stock... Et si il croisait ne serait ce qu'une souris il ne manquerait pas de la trucider et de la dévorer entière dusse-t'il manger les yeux ! Ah ! Ils étaient loin les repas qu'il avait partagé à Isgard avec les Nordiques ! De véritables beuveries ! Oui pour une fois que des humains savaient ce qu'était un véritable repas il ne s'était pas privé. Burlock soupira, il n'aurait plus de tels repas avant un moment, il devrait marcher jusqu'à Riftwood pour avoir un repas digne de ce nom et disait-on la bière y était imbuvable !

Signature

avatar

Apprenti

Perso
Description: « hjärta ís » est le nom que son clan lui donna. « Coeur de glace ». Cela décrit plutôt bien notre demoiselle. Aussi glaciale que le plus violent des blizzards, mais aussi fragile que la glace, qui malgré tout ce qu'on peut dire, fondra toujours au soleil. Eir est une nomade de Niflheim, une animorphe. Son animal « totem » est le renard polaire. Elle fut autrefois la chaman de son clan, jusqu'à de sombres évenements qui la poussèrent à l'exil.
Messages : 25
Date d'inscription : 15/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Sam 29 Déc - 19:37
Trottiner, s'arrêter, renifler, lever les oreilles, regarder le ciel, s'allonger pour quelques heures, chasser un rongeur, puis répéter l'action autant de fois qu'il le faut. Ou résumer en quelques mots la passionnante vie d'une renarde polaire dans son habitat naturel. Peut être n'était-ce pas quelque chose d'extrêmement attractif décrit comme cela, mais ça avait ses avantages. Notamment celui de pouvoir savourer une solitude rare, une tranquillité certaine et passer ses journées à vivre au grand air, sans se soucier de rien. Les prédateurs étaient rares, dans le coin et elle n'avait pas de soucis à se faire à ce niveau. Ainsi continuait son existence animale, tranquille et sans sursaut, sans rien ni quoi que ce soit pour lui rappeler les tristes événements précédant son départ des Monts Immaculés.

« Qui es-tu petite renarde ? »
« Qui veux-tu que je sois, chère voix ? »

Eir. Animorphe. Chaman. Tribu de Niflheim. Elle ne voulait être plus rien de tout ça. Au jour d'aujourd'hui, elle était Renarde. C'était tout et bien assez. Malheureusement, le sort en voulu autrement, et c'est par l'une de ces journées si banales qu'elle du avouer qu'être humain, ce n'était pas plus mal. Car voyez-vous, personne, même le plus doué des prophètes, ne pouvait prédire le futur dans son exactitude. Notre renarde, à cette instant, n'avait qu'un vague sentiment de méfiance. Ses journées passées dans la peau d'une bête sauvage avaient émoussé sa clairvoyance et elle ne vit pas le danger venir. Et le danger s'incarna en petit être, moitié moins grand qu'un homme, maniant une hache qui atteignait presque sa taille.

Un nain. De toutes les créatures que le monde aurait pu lui envoyer, ce devait être un nain. La renarde ne le remarqua pas tout de suite. Ce fut seulement lorsqu'elle se prélassait sur l'une des vieilles pierres du grand pont d'autrefois à présent abandonné que l'odeur de cet être lui parvint. Ses oreilles se levèrent et elle bondit vivement sur le sol. Bien peu de voyageurs passaient par ici. Bien peu, même, décidaient d'établir leur campement à côté de son territoire. Il était le premier à s'arrêter en plein dedans. L'animal hésita. Il se remettrait bientôt en route, après tout. Pas besoin de s’inquiéter. Non, aucune inquiétude à avoir.

Tout se serait sûrement très bien passé, en effet, si l'idée d'aller jeter un coup d’œil sur cet être qu'elle ne connaissait pas ne lui était pas venu à l'esprit. Mais voilà, cette idée lui vint quand même. Elle se tapis discrètement dans les fourrés, attendant son heure, examinant chaque nouvelle odeur qui lui parvenait, chaque son qui lui traversait les oreilles. Curiosité, quand tu nous tiens. Curiosité, la plus traitre de toutes les émotions. Se rapprochant progressivement du campement, la renarde remarqua soudain que son propriétaire n'y était plus.

Tout se passa très vite. Un très mauvais pressentiment la saisie, suivit rapidement de bruits de pas dangereusement proches. Tous ses sens lui criaient de déguerpir, mais son corps refusa de bouger. Remarquez que c’est toujours dans ce genre de moments que quelque chose déraille. Toujours.

Signature



avatar

DEBUTANT

Perso
Description: Burlock est l'archétype même du nain, il est grincheux, rancunier, grossier et adore faire la fête. Depuis la mort de son fils dans une embuscade tendue par des elfes il a développé une haine féroce envers ces êtres sylvestres. Le nain arpentent désormais le monde engoncé dans son épaisse armure et armé de sa hache. Si vous parvenez à gagner sa sympathie alors peut être mettra t'il sa hache et son courage à votre service mais attention à vos réserves de bières !
Messages : 9
Date d'inscription : 27/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Sam 29 Déc - 20:47
Connaissez vous cette célèbre légende sur les Nains ? Il arrive parfois que des incidents aient lieu dans les célèbres mines du royaume Nain. Même pour ces célèbres mineurs les tunnels sous la pierre reste danger et plus d'un d'entre eux s'est retrouvé mort enterré, assoiffé, affamé ou déséché... Cependant même lors de ces rares accidents il arrive parfois qu'un miracle se produise et que les nains dans leur ingéniosité incroyables parviennent à s'en sortir. Il est arrivé que des nains enterrés parviennent à retrouver leur chemin à l'odorat en ayant sentit les douces saveurs d'une brasserie, ils creusèrent ensuite jusqu'à la brasserie en question et vidèrent le stock de bière pour se remettre de leurs émotions. Une autre fois des mineurs restèrent emprisonner une semaine sous la pierre se contentant de manger leur botte et leur ceinture de cuir pour contenter leurs estomacs. Ces légendes nous montrent à quel point les nains peuvent se montrer ingénieux et développer un incroyable esprit de survie afin de pouvoir contenter leurs pauvres estomacs. Rappelez vous de cela, il n'y a rien de plus ingénieux... Ou de plus stupides qu'un nain se retrouvant avec la panse vide et prenez garde car ils peuvent alors devenir dangereux !

Il va sans dire que Burlock ne faisait pas exception à la règle bien au contraire et lorsque ce dernier était affamé ses sens s'en trouvaient décuplés aussi ne manqua-t'il pas de sentir le délicieux fumet qui provenait semble-t'il d'un peu plus loin sur le pont. Dés qu'il l'eut humer le voyageur se retourna en quatrième vitesse espérant apercevoir une prise de choix, il était même prêt à dévorer un dragon cependant il n’aperçut rien, il n'y avait que la nuit qui semblait le narguer et pourtant... pourtant il y avait cette odeur. Prudemment Burlock se saisit de sa hache dans une main et d'une pierre dans l'autre et se dirigea lentement vers ce qui semblait être l'endroit d'où provenait l'odeur. A mesure qu'il approchait une tache blanchâtre apparut et finit par se préciser pour sembler être ce qui ressemblait à un petit animal... Peut être un louveteau ou un renard des neiges mais qu'importait ? Ça aurait aussi bien pu être une souris que Gurnisson s'en serait contenté ! La bête l'observait avec des yeux effarouché, effrayé presque intelligent mais il en fallait bien plus que ça pour amadouer un nain affamé et d'un geste parfaitement maîtrisé le guerrier balança la pierre qu'il tenait dans la main. Le projectile suivit une courbe direct, rapide et frappa l'animal à la tête l'envoya au tapis étourdis. Burlock étouffa un juron, avec un peu plus de force il aurait tué la bête, ça lui aurait évité des souffrance.


-Bah, au moins j'ai mon souper pour ce soir...

Calmement le nain alla ramasser la proie et la passa sans ménagement sur son épaule droite avant de revenir au campement où il jeta la bête sur son sac de couchage afin de ne pas abîmer la viande. Le guerrier étouffa un nouveau juron en voyant le feu qui allait s'éteindre, il observa son gibier avec un pincement au coeur, le repas allait devoir attendre quelques minutes de toute façon il n'allait pas bouger vu le coup qu'il avait pris. Burlock se gratta la barbe et se dirigea vers le petit bosquet qui bordait le pont tout en sifflotant un air de chez lui. La perspective d'un dîner aussi frugal soit-il avait revigoré le voyageur qui ramassa joyeusement de bois mort avant de revenir au campement. Avec un peu de chance l'odeur du repas attirerait d'autres bêtes un peu plus grosse qui agrémenterait ce casse dalle.

Gurnisson jeta le bois qu'il avait ramassé dans le foyer du feu faisant jaillir une nouvelle flamme bien plus grande qui semblait danser à l'idée de goûter au poil du renard polaire. Le voyageur se gratta la barbe se demandant un moment ce que faisait un renard polaire ici et en cette période de l'année après tout cela n'avait rien de commun puisqu'il n'en avait croisé aucun dans le nord alors que c'était tout de même plus leur territoire. Finalement Burlock sourit, ce n'était qu'un renard, qu'importait qu'il ai choisis le mauvais endroit et la mauvaise période de l'année pour venir sur le pont ?


-Comment je vais te cuire ? En ragoût ? A la broche ? En rôti ?

Burlock souleva pensivement son dîner par les pattes arrières au dessus du feu si bien que la flamme léchait son museau roussissant les points de ces moustaches. Le cuire en ragoût était proscrit puisque de toute façon il n'avait pas de marmite ou de casserole... Le cuir à la broche était impossible sans broche à moins de l’embrocher avec sa hache mais ce n'était guère évident. Le voyageur soupira étouffant un énième juron dans sa barbe qui en avait vu passé des dizaines, des centaines et des milliers, il était réellement embêté de ne pas avoir apporté de livre de cuisine pour son voyage lui qui était un fin marmiton doublé d'un lecteur intéressé. Après tout comme disait Grimnir son grand père, "la cuisine c'est un peu comme la forge alors n'importe quel nain aussi sot que ces pieds sait cuisiné".

Burlock était si absorbé dans ces pensées qu'il n'avait pas remarqué que le renard avait ouvert les yeux et l'observait désormais avec des yeux mi terrifié, mi énervé et quoi de plus normal ? Aimeriez-vous être tenu à l'envers au dessus d'un feu qui vous lécherai les nez ?

Signature

avatar

Apprenti

Perso
Description: « hjärta ís » est le nom que son clan lui donna. « Coeur de glace ». Cela décrit plutôt bien notre demoiselle. Aussi glaciale que le plus violent des blizzards, mais aussi fragile que la glace, qui malgré tout ce qu'on peut dire, fondra toujours au soleil. Eir est une nomade de Niflheim, une animorphe. Son animal « totem » est le renard polaire. Elle fut autrefois la chaman de son clan, jusqu'à de sombres évenements qui la poussèrent à l'exil.
Messages : 25
Date d'inscription : 15/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Lun 31 Déc - 1:29
Lorsque vous avez la taille d'un renard, tout vous parait très grand, même les nains ! Celui-ci ne faisait pas exception à la règle : à peine Eir eut-elle réaliser ce qu'il lui arrivait qu'elle se retrouva face à une montagne barbue, armée d'un caillou qui vint bientôt se loger contre sa tête, l'assourdissant violemment. Tandis que les étoiles défilaient devant ses yeux, la renarde se dit qu'il s'agissait là d'une façon bien idiote de mourir. Se faire dévorer par un ogre passe encore, mais par un nain. Affamé peut être, mais un nain quand même... Cette terrible pensée l'effara au plus haut point, et ce fut sur cela qu'elle tomba malgré elle dans les abysses de l'inconscience.

Lorsqu'elle ouvrit les paupières, sa première vision fut un feu rougeoyant qui lui brûlait les moustaches. Mettant quelques secondes à comprendre ce qu'il lui arrivait, la renarde ressassa les derniers événements. Dormir, odeur étrangère, visiteur imprévu, nain affamé, montagne armée d'une hache et d'un caillou. L'opération était pourtant évidente. Retenue par les pattes arrières, la renarde vacillait dangereusement au dessus du feu qui commençait à lui lécher le museau. Garder son sang froid dans ce genre de situation est extrêmement difficile. Voir impossible, à vrai dire.

C'est ainsi que Eir s'entendit hurlée un « Je ne suis pas comestible, bougre d'imbécile ! ». Mais évidemment, et c'est bien connu, les nains ne sont pas particulièrement doués pour comprendre autre chose que leur estomac, et le grognement plaintif de l'animal ne parvint pas à ses oreilles. Très vite, un dilemme se résolu dans sa tête. Pas le dilemme le plus intelligent qu'on puisse imaginer, mais ce fut la première idée qui vient à l'esprit du petit animal. Plutôt mourir de sa propre patte que de finir dévorée par un nain vorace.

Alors, profitant d'un effet de surprise totalement improvisé, la renarde s'agita vivement, jusqu'à s'accrocher au poignet de la créature qui la tenait comme un vulgaire bout de viande, mordant de toute la force de sa petite mâchoire le poignet de cette dernière. A proprement parler, ce qu'elle voulu se produisit : le nain la lâcha, sûrement plus par surprise que par douleur. Il y avait juste un petit détail. Un minuscule détail. Un détail brûlant. Et qui, en plus de ça, commençait sérieusement à lui roussir le pelage. Dans un couinement de douleur, l'animal roula hors des braises, qui, heureusement pour elle, n'avait pas encore eu le temps de s'accrocher à son pelage.

Se frottant vivement le dos sur le sol, la créature rampa le plus loin possible du nain, le fixant d'un regard courroucé, babines retroussées, laissant paraitre ses crocs. Un grognement sourd monta dans sa gorge. Elle sentit un filet de sang couler le long de sa tête, séquelle du coup assourdissant qu'elle avait reçu précédemment. Elle n'en grogna que plus fortement. Mais au fond, elle savait qu'il en faudrait plus que ça pour décourager son adversaire. C'était un nain, après tout. Et les nains, paraitrait-il, sont la race la plus têtue qu'il existe dans ce vaste monde.


HRPG:
 

Signature



avatar

DEBUTANT

Perso
Description: Burlock est l'archétype même du nain, il est grincheux, rancunier, grossier et adore faire la fête. Depuis la mort de son fils dans une embuscade tendue par des elfes il a développé une haine féroce envers ces êtres sylvestres. Le nain arpentent désormais le monde engoncé dans son épaisse armure et armé de sa hache. Si vous parvenez à gagner sa sympathie alors peut être mettra t'il sa hache et son courage à votre service mais attention à vos réserves de bières !
Messages : 9
Date d'inscription : 27/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Lun 31 Déc - 12:20
Quelle ne fut pas la surprise de Burlock Gurnisson lorsque sa proie s'agita avec l'énergie du désespoir au dessus des flammes avant de mordre les brassards de cuir qui protégeaient ses épais avant bras. De surprise le voyageur lâcha la bête, à vrai dire l'action était pour inattendue puisque les gantelets de cuir du guerrier étaient cerclés de métal et que le renard aurait bien pu s'éclater les dents dans son actions désespérée pour s'en sortir. Pour un peu le nain aurait pu être impressionné et laisser la bête s'en tirer seulement ce soir il n'était pas réellement décidé à laisser son steack s'en aller tranquillement dusse-t'il lui trancher la tête pour l’empêcher d'utiliser ses pattes. Le guerrier étouffa un juron, il ne sera pas dit qu'un repas a tenu tête au grand Burlock Gurnisson le mutilateur d'Elfes ! Que les dieux lui en soient témoins ! Il allait liquider cette pauvre tête proprement d'un coup de hache bien placé et on verrait... On verrait ensuite si elle était capable de s'échapper. Il en avait affronté des créatures dangereuses, il en avait vaincu des esprits retords, il avait fait trépassé des champions du mal, ce ne serait pas un renard polaire qui le tiendrait en respect. Burlock se releva attrapant sa hache et lançant un regard lourd de promesse au petit animal.

-Par Albor, je vais t'apprendre comment doit terminer un véritable repas ! Décapité !

D'un pas lourd et décidé le guerrier se dirigea vers sa proie. Ah ! Il pouvait grogner le petit renard qu'importait ? Ce serait un combat poignant entre l'homme et la bête qui n'aurait qu'une seule issue, la victoire de 'humanité sur la sauvagerie et la dépouille de 'horrible bête dans le feu. Burlock fit tourner sa hache au dessus de sa tête prêt à l'abattre à tout moment sur la pauvre proie qui terminerait semble t'il décapiter et la tête s'envolant dans le précipice.

Le guerrier abattit sa hache qui ne rencontra que la pierre dans un fracas formidable qui éclaboussa Gurnisson et sa proie d'éclat de pierre. Au moins se coup raté confortait le voyageur dans l'une de ses observations, c'était bel et bien des humains qui avaient construit ce pont. Le nain ne se découragea pas et rabattit sa hache sur le renard qui une fois de plus roula au sol pour éviter de terminer couper en deux car à coup sûr un choc d'une telle violence le découperait sans aucune résistance. Un humain aurait déjà été fatigué mais Burlock n'avait aucun mal à magner son arme qui sifflait d'un bruit malveillant aux oreilles de la proie.

Le renard semblait mué par l'instinct de survie et esquivait tant bien que mal tout les coups de hache de Burlock que la faim ne rendait décidément ni très précis, ni très lucide. Dans de réels condition le guerrier aurait sans doute déjà décapité la bête mais la colère ainsi que la douleur qui lui tordait l'estomac l’empêchait de se concentrer et d'espérer toucher le renard. Malgré tout chacun de ses coups rapprochait le renard du bord du pont. Il viendrait bien un moment où la proie ne pourrait plus reculer et serait dans l'obligation d'attendre le coup fatal.

Finalement le renard polaire se retrouva acculé dans un coin du pont, ses pattes étaient au bord du gouffre tandis que le guerrier levait une fois de plus Urkgrengi dans un geste menaçant qui promettait à la proie tout les tourments du monde. Enfin il l'avait son repas, désormais il ne pouvait plus lui échapper, il n'avait plus qu'à abattre la hache pour décapiter la pauvre bête. Il n'avait plus qu'à prier pour que le stress n'ai pas trop raffermi la viande ou pour que les coup ne l'ai pas ramollie.


Spoiler:
 

Signature

avatar

Apprenti

Perso
Description: « hjärta ís » est le nom que son clan lui donna. « Coeur de glace ». Cela décrit plutôt bien notre demoiselle. Aussi glaciale que le plus violent des blizzards, mais aussi fragile que la glace, qui malgré tout ce qu'on peut dire, fondra toujours au soleil. Eir est une nomade de Niflheim, une animorphe. Son animal « totem » est le renard polaire. Elle fut autrefois la chaman de son clan, jusqu'à de sombres évenements qui la poussèrent à l'exil.
Messages : 25
Date d'inscription : 15/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Mer 2 Jan - 20:53
Sauter à droite, sauter à gauche, esquiver un coup venant du haut, bondir en arrière. Ce fut avec l'énergie du désespoir que la renarde évitait tant bien que mal la monstrueuse hache du nain bourru qui beuglait des insultes et des cris de mécontentement. L'animal, quant à lui, se mouvait agilement et s'évertuait à prolonger sa vie brusquement menacée à chaque saut. L'affrontement, si on peut le nommer comme tel, dura quelques minutes encore, ce qui semblait au canidé être une éternité. Ce n'était pas l'énergie qui lui manquait : la renarde était en parfaite forme, et si le coup donné à la tête troublait légèrement sa vision, ses pattes étaient en très bon état et son instinct de survie aiguisé par ses longues journées passées dans la nature sauvage.

Les coups de hache du nain fendait la pierre, projetant des cailloux. Les oreilles repoussées vers l'arrière, l'animal polaire esquiva une fois encore l'arme meurtrière qui manqua de peu de lui fendre le crâne. Malheureusement pour Eir, le nain était malin, et elle se retrouva bientôt acculée au bord d'un précipice vertigineux. Une profonde angoisse la saisie. Elle chercha du regard une solution. Elle était à sa merci, sans échappatoire. Le nain, un sourire triomphant au visage, soulevant déjà sa lourde hache pour lui infliger le coup de grâce. L'arme s'abattit, comme dans un rêve, lentement.

« Souhaites-tu vraiment mourir comme cela ? »

L’impact fendit la pierre. La renarde qui avait esquivé au dernier moment un coup fatal se retrouva projeté sur le côté, atterrissant douloureusement sur le flanc dans un couinement aigu. Un craquement sinistre se fit entendre, et en quelques instants, une partie du rocher se fissura et se mis à trembler, contraignant le nain à reculer précipitamment. Puis, tout ce passa très rapidement. Le rocher se fissure, se brise, tombe dans le précipice. La renarde, encore sonnée, n'eut pas le temps d'anticipé le mouvement de la pierre et fut entrainée dans la chute mortelle.

« Il ne te suffit que d'une pensée, Eir. Tu sais ce que tu es. »

Elle agrippa le rebord. D'une main bien humaine. Sa fourrure était devenue chevelure, ses pattes arrières, jambes et le reste de son corps se retrouva bientôt à l'air libre, dans le froid gelé de l'hiver. Mais elle n'y pensait pas. Seule la survie était importante. Elle attrapa laborieusement le rebord de sa seconde main, avant de se hisser avec mal sur terre ferme. Sa longue chevelure opaline flottait légèrement dans le vent glacial. Reprenant ses esprits, Eir s'accroupit immédiatement dans une position défensive, prête à fuir ou esquiver si le nain revenait à la charge.

Sur son visage trônait une expression courroucée. Elle attrapa furtivement une pierre de sa main droite, même si elle rechignait à s'en servir. C'était au cas où. Eir n'aimait pas se battre, elle n'était pas belliqueuse de nature. Mais ce n'était pas pour cela qu'elle se laisserait tuer par un inconnu ! Retroussant légèrement ses lèvres dans une expression typiquement animale, elle lança à son interlocuteur ;

« Souhaite-tu toujours me décapiter, nain ? »

Alors que sa prise se resserrait sur la pierre qu'elle tenait en main, elle chercha une nouvelle fois un échappatoire de ses yeux incroyablement clairs.

Signature



avatar

DEBUTANT

Perso
Description: Burlock est l'archétype même du nain, il est grincheux, rancunier, grossier et adore faire la fête. Depuis la mort de son fils dans une embuscade tendue par des elfes il a développé une haine féroce envers ces êtres sylvestres. Le nain arpentent désormais le monde engoncé dans son épaisse armure et armé de sa hache. Si vous parvenez à gagner sa sympathie alors peut être mettra t'il sa hache et son courage à votre service mais attention à vos réserves de bières !
Messages : 9
Date d'inscription : 27/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur


Jeu 3 Jan - 11:15
Burlock ne put s’empêcher d'être surpris par l'audace du renard lorsque ce dernier esquiva le coup de hache qui aurait du lui être fatal. L'esquiva était parfaite cependant le coup d'une puissance inouïe avait fendu la pierre du pont et le guerrier ne put qu'assister impuissant à la chute de son casse croûte dans le vide. Quelque seconde auparavant il le voyait encore puis le pont s'était fendu et le dîner avait disparut. Le voyageur jura, comment avait-il pu être aussi maladroit ? Ce n'était pas réellement la perte de ce petit canidé qui l’attristait mais plutôt la perte d'un repas et d'un délicieux rôti. Le nain attristé observa sa hache, pas une trace de sang, pas un seul poil mais pas une seule rayure non plus, elle était réellement aussi dure qu'on le prétendait, assez dure pour fendre des crâne d'orc, assez rapide pour couper des membres d'elfes mais visiblement pas assez pour venir à bout d'un renard polaire. Le guerrier fut finalement tiré de ses pensées par une voix féminine.

« Souhaite-tu toujours me décapiter, nain ? »

Burlock se frotta les yeux à plusieurs reprise pour se convaincre qu'il ne rêvait pas. Une femme se tenait accroupie devant lui, une pierre à la main et semblait le défier du regard. Cette fille avait quelque chose de sauvage non seulement parce qu'il n'était pas vraiment habituel de croiser une fille nue au passage d'Argold mais en plus parce qu’elle avait une expression animale sur le visage comme si elle était prête à sauver et à lapider le guerrier. Le nain ne se sentait pas vraiment en danger, il était plutôt surpris et ne savait que penser. Cette fille serait le renard ainsi donc ce serait une sorte de magie. Une chose était désormais certaine, il n'était plus question de manger du renard au dîner, l'heure était plutôt aux excuses.

-Décapiter une aussi charmante p'tite dame serait à coup sûr une erreur. Et puis vous m'excuserez mais je ne pense pas réellement que vous ayez bon goût.

Le nain tourna le dos à son interlocutrice et retourna à son campement qui se trouvait à quelques pas. Il n'y avait pas de danger à attendre de cette fille de toute façon il pouvait la combattre sans sa hache en cas de problème c'est pourquoi Burlock troqua son arme pour sa couverture roulée en boule qui lui avait été fournie par les nordiques le jour de son départ et qui ne lui avait depuis pas servie étant habitué aux rudesse du nord. Le voyageur retourna vers la jeune fille et jeta la couverture à ses pieds avec une lueur amusée dans le regard, il n'avait aucune idée d'où venait cette fille mais si elle restait dans l'état dans lequel elle se trouvait à cette instant elle ne ferait pas long feu dans le nord.

-Je ne sais pas qui vous êtes, je ne sais pas d'où vous venez mais croyez moi ma p'tite dame il ne vaut mieux pas se promener nue par ici, il y aura sans doute des créatures moins sympathique que moi même si aux premiers abords vous avez pu je le conviens me trouver hostile.

Burlock tourna les talons, à vrai dire maintenant que le renard avait fait place à la fille elle ne l'intéressait plus vraiment, savoir d'où elle venait ? Savoir qui elle était ? Savoir pourquoi elle était ici dans cette tenue ? Peu lui importait, ce qu'il voyait c'est qu'il n'allait rien manger ce soir. Ce qu'il voyait aussi c'est que cette femme allait sans doute mourir dans le nord si elle n'avait que sa couverture pour se couvrir, il y avait des bêtes dans cette région qui n'hésiteraient pas à la dévorer, des bêtes pour qui même un nain engoncé dans son armure est appétissant. Burlock jurait dans sa barbe.

-Un renard... Quoi de plus stupide comme pouvoir que de se transformer en casse dalle ?

Le guerrier jeta un regard noir vers la magicienne qui l'avait privé d'un délicieux repas bien que frugale. Si il pouvait désormais espérer une seule chose c'est que les proies se feraient plus abondante en descendant vers le sud sans quoi il ne manquerait pas de mourir affamé !

Signature


Contenu sponsorisé




Signature

 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1